«Concentrez-vous sur les choses que vous pouvez changer»

L’hôtellerie-restauration est l’un des secteurs les plus touchés par la crise. Avez-vous un nombre croissant de patients issus de notre branche?

Nous n’avons pas de patients. Nous recevons des personnes courageuses qui cherchent à se faire coacher pour réussir à façonner l’avenir. Dont des professionnels de l’hôtellerie-restauration, en effet, comme des patrons qui ont besoin d’aide pour résoudre leurs problèmes. Malheureusement, nombreux sont ceux qui souffrent mais ne font rien pour changer la situation.

Comment trouver la bonne stratégie?

Il existe plusieurs façons de le faire, en s’inspirant par exemple d’un rêve ou d’une idée folle, comme proposer le kebab le plus cool de la ville ou développer une chaîne de restaurants végétariens comme Tibits. Dans la situation actuelle, cependant, il ne s’agit plus de devenir le meilleur, mais de développer une stratégie d’urgence en exploitant ses atouts et les plus grandes opportunités. De nombreux patrons sont trop attachés émotionnellement à leur entreprise et la dirigent avec leur cœur et pas assez avec leur esprit.

C’est-à-dire?

Souvent, les personnes en surpoids ne montent pas sur la balance, car elles ne veulent pas se rendre à l’évidence. Mais c’est une condition préalable importante pour lancer un processus de réflexion et, si nécessaire, se séparer d’un secteur de l’entreprise. La deuxième méthode est appelée «design thinking». Dans ce cas, il est généralement préférable de lancer un produit ou appliquer une stratégie plutôt que de se contenter d’y réfléchir. Les mots clés sont «à emporter» ou «livraison à domicile». Sur la piste de descente de la Kleine Scheidegg, par exemple, quelqu’un propose désormais des rondelles de pommes à la cannelle et au sucre. Essayer signifie aussi, par exemple, proposer des bons cadeaux, un cours de cuisine en ligne ou encore écrire un livre de cuisine. Mais il se peut aussi que l’analyse arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de solution pour survivre à la crise. Dans ce cas, l’établissement devra être fermé, aussi douloureux que cela puisse être.

Comment une telle décision doit-elle être communiquée aux employés?

Ne pas être informé de ce qui se passe est pire que d’apprendre une mauvaise nouvelle. Si un avion traverse une zone de turbulences, le pilote doit en informer les passagers. L’une des responsabilités de l’entrepreneur consiste à élaborer une stratégie, à diriger et informer ouvertement les employés. Mais vous ne pouvez le faire que si vous connaissez la destination.

Pour de nombreux patrons de la branche, leur métier est une passion. Ils souffrent particulièrement, et pas seulement financièrement. Lorsqu’on ne pas poursuivre son activité, l’estime de soi diminue. Quels conseils donneriez- vous à ces personnes?

Dans de nombreuses situations de la vie, il y a trois choix: à prendre, à changer ou à laisser. Ceux qui sont maintenant dans l’impossibilité de travailler jusqu’à fin février devraient occuper leur temps libre avec un projet qu’ils ont toujours voulu réaliser. «A prendre» reviendrait à attendre et à se dire que ce n’est pas grave si le restaurant n’ouvre pas avant le mois de mars. «A changer», c’est mettre en place quelque chose de complètement différent. «A laisser» est la conclusion que l’on tire en imaginant que les choses ne s’amélioreront pas en mars et signifie abandonner.

Quand faudrait-il envisager de consulter un psychologue?

Premièrement, toute personne qui ne dort pas à 3 h du matin et qui pense à son établissement devrait en parler à un professionnel. Deuxièmement, ceux qui ne peuvent plus diriger leurs employés ou qui ne peuvent plus les supporter devraient faire de même. Troisièmement, ceux qui ne croient plus en l’avenir doivent aussi agir. Ceux qui cuisinent, prennent les commandes et servent doivent plancher sur l’avenir de leur entreprise, donc demander de nouveaux prêts ou réduire les coûts. Comme pour un skipper, il est extrêmement important d’avoir un plan pour mener à bien l’entreprise dans le futur.

Concrètement?

Il peut valoir la peine de contacter une personne extérieure qui pourra aider à gérer la situation actuelle. Cependant, beaucoup de gens n’ont pas du tout besoin d’un coach, mais ils ont besoin de conseils stratégiques pour devenir plus innovants. L’une de mes questions favorites est la suivante: que feriez-vous si vous disposiez d’un million de francs? Certaines idées qui sont ensuite exprimées sont réalisables avec beaucoup moins d’argent. Il faut parfois juste du courage.

Et savoir ce qui peut être changé ...

Oui. Laissez-moi vous expliquer avec l’image de trois cercles, placés les uns dans les autres. Celui du centre représente votre mental, soit les choses que vous pouvez contrôler. Celui du milieu représente tout ce qui peut être influencé. Enfin le cercle tout à l’extérieur représente ce qui peut être observé. Il est important en ce moment de se concentrer sur le cercle intérieur, c’est-à-dire de limiter les visioconférences et de sortir prendre l’air. Vous deviendrez alors le héros de votre vie. Si vous vous énervez tous les jours contre la pandémie, vous n’améliorez pas la situation. Vous devez donc vous concentrer sur ce que vous pouvez changer. Sinon, vous allez devenir fou.

Aktuelle News