Quand le rôle social du bistrot prend tout son sens

«Je connais beaucoup de monde à Denges et je sais que de nombreuses personnes âgées qui se retrouvent seules après avoir perdu leur conjoint n’osent pas aller au restaurant et restent à l’écart. Leur permettre de se réunir autour d’une table, c’est une très bonne initiative!» Régine Huissoud tient avec son époux André le Café des Amis, à Denges, et ce depuis trente ans. Cette année, le restaurant de la Côte a rejoint la trentaine d’établissements du canton qui adhèrent aux Tables au bistrot, une prestation imaginée par Pro Senectute Vaud. Le principe? Une fois par mois, les restaurants partenaires reçoivent un groupe de seniors accompagné d’un bénévole de Pro Senectute Vaud pour partager un repas à un prix préférentiel.

«Ces repas, ça rompt la solitude»

Que les personnes âgées sortent de chez elles, rencontrent du monde, se socialisent et tissent des liens: voilà la visée des Tables au bistrot. En s’associant au projet, les restaurants contribuent ainsi à une certaine cohésion sociale au sein d’un village ou d’une commune et favorisent l’inclusion des aînés. Non seulement la démarche séduit, mais elle porte ses fruits. En témoignent des participants interrogés à l’occasion d’une Table au bistrot du Café des Amis, au printemps. «Habitant à l’extérieur d’Echandens, c’est plus difficile pour moi d’établir des contacts», glisse une dame. «Ces repas au bistrot, j’en ai pris plusieurs depuis une année et je dois dire que ça rompt la solitude. En plus, c’est agréable de déguster un menu complet, car quand on vit seul, on a parfois du mal à faire la cuisine…» Un senior, venu avec son épouse: «Nous aimons l’ambiance de ces rencontres. Cela crée des liens, on se fait des contacts.» En effet, ce jour-là, les discussions démarrent aisément entre les aînés attablés et le repas est partagé en toute convivialité. On se confie, on raconte des anecdotes et on rigole.

«Il faut savoir donner pour recevoir»

Au Café des Amis, le menu proposé lors des Tables au bistrot est facturé 18 francs. «Cette prestation est prévue pour des personnes à la retraite et la plupart d’entre elles n’ont pas un budget conséquent, rappelle Régine Huissoud. Si on dépasse un certain prix, cela découragera de nombreux seniors à venir.» Pour cette restauratrice membre de GastroVaud, l’intérêt n’est pas financier. «Il faut savoir donner pour recevoir. Le but principal est que les gens se retrouvent et, s’ils apprécient notre table, ils reviendront.» Déplorant que le relationnel autrefois intimement lié aux métiers de bouche se perd, Régine Huissoud s’applique à rester ouverte aux villageois. Et compte bien poursuivre sa participation aux Tables au bistrot: «Nous avons déjà fixé les dates jusqu’à la fin de l’année.»

«C’est gagnant-gagnant»

Profondément convaincue de la portée du projet, Mehregan Joseph est la coordinatrice des Tables conviviales chez Pro Senectute Vaud. Ce volet des activités de groupe proposées par l’association privée reconnue d’utilité publique inclut plusieurs types de rencontres, comme les Tables d’hôtes, les Tables à la cantine et les Tables au bistrot. «Nous voulons pérenniser et développer cette prestation, car elle est intéressante à la fois pour les personnes âgées et pour les restaurateurs: c’est gagnant-gagnant», indique Mehregan Joseph. La coordinatrice assure que les Tables au bistrot, c’est un rendez-vous attendu. «Chaque mois, les seniors se réjouissent d’aller manger au restaurant et de partager un moment avec des amis ou d’y rencontrer de nouvelles personnes. C’est d’ailleurs aussi pour cela que le projet a été baptisé "au bistrot", pour le côté plus populaire et familier.»

Les boissons commandées, un revenu non négligeable

Outre la bonne action à caractère social qu’ils réalisent et la visibilité ainsi gagnée, les établissements s’assurent également d’un pécule supplémentaire grâce aux consommations. «Le forfait proposé lors d’une Table au bistrot comprend une entrée, un plat, suivi d’un dessert et/ou d’un café», précise Mehregan Joseph. «Souvent, les participants consomment des boissons, dont du vin, qui sont à leur charge. Dans les faits, les gens ne prennent jamais que des carafes d’eau.» En effet, lors de la Table au bistrot à Denges, du vin rouge a été commandé par la tablée pour accompagner un menu qui était constitué d’une salade verte, de rôti de veau servi avec du riz et d’un café.

Comment devenir partenaire

Tout restaurateur qui souhaite proposer une Table au bistrot chaque mois peut se manifester auprès de Pro Senectute Vaud. L’association va ensuite chercher un bénévole qui sera prêt à se lancer dans l’aventure sur un plan régulier. «Tout cela est possible grâce aux bénévoles », souligne la coordinatrice. «Ce sont eux qui gèrent la logistique autour du repas (choix puis communication de la date, lien avec le restaurateur, etc.) et qui accueillent le groupe au restaurant.» Dans le processus d’ouverture d’une nouvelle Table au bistrot, une animatrice régionale de Pro Senectute Vaud entre en contact avec le restaurateur et définit avec lui un jour idéal dans la semaine, le prix du menu proposé (le prix tourne autour de 18 francs et peut varier légèrement selon les régions) et s’assure que le lieu se prête à la rencontre.

www.vd.prosenectute.ch

 

 

 

Aktuelle News