Qui sont les quatre candidats?

Les candidats au Bocuse d'Or Suisse n'ont plus que quatre semaines pour s'entraîner, encore et encore, et perfectionner leurs recettes. Le 22 janvier, ce sera le grand jour, et ils donneront tout pour tenter de remporter la finale suisse, qui se jouera dans le cadre du salon Sirha, à Palexpo. Le gagnant aura l'honneur de représenter son pays lors de la finale européenne à Turin.

Les quatre Helvètes ont tous acquis une grande expérience des concours. La confrontation sera d'autant plus passionnante. GastroJournal vous les présente.

www.bocusedorsuisse.ch

___________________________________________________________________________


Mario Garcia
Ecole de cuisine cre/ate Horw (Lucerne), Chef de cuisine diplômé, 27 ans

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à participer au Bocuse d’Or?
D’abord, parce qu’il s’agit de l’un des concours culinaires les plus prestigieux au monde! Ensuite, il y a mon amour pour la cuisine et l’envie de me mesurer aux autres. J’aimerais montrer de quoi je suis capable en fournissant un travail méticuleux tout en respectant le temps imposé.

Comment vous préparez-vous?
Je m’entraîne avec l’aide de mon équipe, composée de personnes très expérimentées. Les répétitions ont lieu dans l’école de cuisine que j’ai fondée. Je fais tout mon possible pour me préparer de manière très rigoureuse, en me focalisant sur l’objectif final.

Comment comptez-vous vous distinguer des autres candidats?
Je pense que chaque candidat sera extrêmement bien préparé. C’est le jury très qualifié qui ­déterminera les éléments qui ­feront pencher la balance en faveur de l’un ou de l'autre candidat. Cela dit, je vais tenter de présenter des mets innovants et de maîtriser parfaitement les saveurs.

Quels sont vos projets pour l'avenir?
En ce moment, je vis pour la cuisine. Je ne saurais dire où cela me mènera.

Qu’aimez-vous faire lorsque vous n’êtes pas derrière les fourneaux?
Je dirais que la cuisine occupe 90% de mon temps, donc durant les 10% qui me restent, je suis bien content si je parviens à dormir un peu! J’aime aussi être dans la nature, faire la cueillette de bolets, de morilles ou de chanterelles.

___________________________________________________________________________

Christoph Hunziker
Restaurant Schüpbärg-Beizli, Schüpfen (Berne), Chef de cuisine diplômé, 35 ans

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à participer au Bocuse d’Or?
J'aimerais retenter ma chance à Lyon. Lors de ma première participation au Bocuse d'Or, je n'ai pas réussi à donner tout ce que j'avais en moi. Il y a encore du potentiel à exploiter ...

Comment vous préparez-vous?
Par des entraînements avec mes commis, mon coach et mes amis. Les critiques et l'échange qui suivent la préparation et la dégustation des plats sont intenses.

Comment comptez-vous vous distinguer des autres candidats?
J'aimerais déjà être satisfait de ma propre prestation. Quant à savoir quelles réalisations l'emporteront, ce sera au jury de décider. Je me réjouis de vivre cette compétition, de voir si des amitiés en naîtront, car je ne vois pas les autres candidats comme des concurrents, mais comme des camarades de combat. Que le meilleur gagne.

Quels sont vos projets pour l'avenir?
Je vise la victoire en janvier, suivie d'une victoire à Turin, en juin, afin de pouvoir participer à la compétition à Lyon, en janvier 2019. Tout ça implique un entraînement intense. J'aimerais également continuer à satisfaire au mieux les clients de mon restaurant et le diriger avec succès.

Qu’aimez-vous faire lorsque vous n’êtes pas derrière les fourneaux?
Les concours de cuisine! Si je n'y participais pas, je n'aurais pas de hobby. A part ça, j'aime bien voyager avec mon épouse et tester des restaurants.

___________________________________________________________________________

 

Dave Wälti
Restaurant Eisblume, Worb (Berne), Sous-chef, Titulaire d'un diplôme de chef de cuisine, 29 ans

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à participer au Bocuse d’Or?
Ces derniers temps, j'ai participé à plusieurs concours culinaires et je n'avais pas prévu de m'inscrire au Bocuse d'Or. Mais mon entourage m'a encouragé à y prendre part. Du point de vue de l'agenda, ça m'arrangeait, car le mois de janvier est plus calme pour moi.

Comment vous préparez-vous?
Je m'entraîne chaque semaine en essayant différentes recettes. En ce qui concerne l'élaboration des plats de poisson et de viande, je me sens prêt. Maintenant, l'heure est aux répétitions. Dès janvier, il sera question des touches finales. Mon coach, mon commis et moi avons très ­précisément en tête le résultat final visé pour chaque plat.

Comment comptez-vous vous distinguer des autres candidats?
Je pense me démarquer en restant moi-même. Mes plats seront inspirés du style de cuisine de l'Eisblume, le restaurant où je travaille, agrémentés de ma touche personnelle. A la base, c'est de la cuisine traditionnelle que je revisite en version plus moderne, plus minimaliste.

Quels sont vos projets pour le futur?
Je n'en ai aucun, car j'ignore la tournure que prendra le Bocuse d'Or pour moi.

Qu’aimez-vous faire lorsque vous n’êtes pas derrière les fourneaux?
Encore et toujours de la cuisine. Car ce n'est pas seulement mon métier, mais mon plus grand hobby. Sinon, les voyages et la nature.

___________________________________________________________________________

 

Thomas Wycisk
Cateringservice Gaumenzauber, Brigue (Valais), Cuisinier, 28 ans

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à participer au Bocuse d’Or?
Je me suis décidé parce qu’il s’agit de l’un des concours les plus ­importants au monde. C’est un immense honneur – et aussi une chance – d’avoir l’opportunité de représenter la Suisse.

Comment vous préparez-vous?
J’effectue de nombreuses répétitions et je récolte plusieurs avis à chaque fois. Puis j’améliore mes réalisations en fonction des ­remarques que je reçois. C’est ­important et très utile.

Comment comptez-vous vous distinguer des autres candidats?
J’espère me démarquer grâce à des plats au goût extraordinaire.

Quels sont vos projets pour l'avenir?
Un jour, j’aimerais ouvrir mon propre restaurant.

Qu’aimez-vous faire lorsque vous n’êtes pas derrière les fourneaux?
Je n’ai pas vraiment de passe-temps. Mais j’aime bien le poker et regarder le foot.

En matière de gastronomie, qui est votre modèle?
Il y a tellement de bons chefs ... Mais je pense à Daniel Humm, Heiko Nieder, Grand Achatz et hélas, feu Philippe Rochat. Sans oublier, bien sûr, Paul Bocuse ...

Aktuelle News